A LA UNE

Des inondations extrêmement meurtrières en Allemagne et en Belgique

27 Juillet 2021

Le bilan des intempéries dévastatrices en Europe a atteint ce mercredi 28 juillet au moins 238 morts, dont la plupart en Allemagne, et plusieurs centaines de disparus, faisant craindre une tragédie bien plus grave encore. En Allemagne, il s'agit de la pire catastrophe naturelle depuis la guerre

La Belgique paie aussi un lourd tribut avec au moins 38 décès. Et les inondations consécutives à des pluies diluviennes ont aussi causé de nombreux dégâts aux Pays-Bas, au Luxembourg ou encore en Suisse. Mais c'est l'ouest de l'Allemagne qui a été le plus affecté par les crues subites, avec à elle seule au moins 180 morts.

Un événement météo exceptionnel

 "Des masses d'air, chargées de beaucoup d'eau, ont été bloquées en altitude par des températures froides, qui les ont fait stagner pendant quatre jours sur la région", explique à l'AFP Jean Jouzel, climatologue, ancien vice-président du GIEC, le groupe d'experts climat de l'ONU. Résultat : des précipitations intenses, entre le 14 et le 15 juillet, qui ont atteint "100 et 150 millimètres" soit l'équivalent de deux mois de pluies, selon l'Organisation météorologique mondiale. Si la région est coutumière des fortes pluies, celles-ci ont été "exceptionnelles, tant par la quantité d'eau déversée que par leur violence", commente Kai Schröter, hydrologue à l'Université de Postdam.

Réchauffement climatique ?

Le débat fait rage sur le sujet. Plusieurs responsables politiques européens ont clairement fait un lien entre les deux. L'extrême droite allemande par exemple réfute cette explication et crie à "l'instrumentalisation". Qu'en est-il ? "Pour le moment, on ne peut pas dire avec certitude que cet événement est lié au dérèglement climatique", mais de tels phénomènes extrêmes deviennent "plus fréquents et plus probables" à cause du réchauffement, estime Kai Schröter.

La hausse de la température de la planète augmente mécaniquement l'évaporation de l'eau des océans et rivières, ce qui apporte des "masses d'eau plus importantes dans l'atmosphère". Ce phénomène peut accroître le risque de précipitations intenses et violentes, précise le chercheur. Plus généralement, les événement météorologiques extrêmes sont rendus plus probables par le réchauffement climatique, selon le GIEC.

Cours d'eau peu protégés

Pourquoi un bilan si lourd ? Les précipitations ont gonflé subitement de nombreuses petites rivières et affluents de fleuves, qui n'avaient pas la capacité d'encaisser un tel choc et qui n'étaient pas protégés par des berges suffisamment élevées. "Le Rhin est habitué aux crues, le plus gros problème, ce sont les petits cours d'eau, les affluents", a ainsi affirmé le président de la région allemande de Rhénanie du Nord-Westphalie, Armin Laschet, vendredi. "Les fleuves sont plus lents et larges, l'eau monte moins rapidement et on a le plus le temps de se préparer, contrairement aux petits cours d'eau",  confirme Kai Schröter.

Impréparation ?

Certains médias allemands et experts mettent en cause l'impréparation des autorités qui n'auraient pas lancé d'alertes suffisamment tôt à la population. "Des prévisionnistes (...) ont émis des alertes, et pourtant les avertissements n'ont pas été pris au sérieux et les préparatifs ont été insuffisant", estime Hannah Cloke, professeur d'hydrologie à l'université de Reading au Royaume-Uni. En outre, un manque de sensibilisation à ces risques, en amont, de la population vivant dans les zones inondables est pointée du doigt. "Certaines victimes ont sous-estimé le danger et n'ont pas respecté deux règles de base lors de fortes pluies. Premièrement: évitez les sous-sols où l'eau pénètre. Deuxièmement, coupez immédiatement l'électricité", a ainsi affirmé Armin Schuster, président de la BBK, organisme public spécialisé dans les catastrophes naturelles, au quotidien Bild. Des dizaines de morts ont été retrouvés dans leurs caves.

Urbanisme à revoir ?

Certains experts pointent du doigt l'urbanisme et la bétonisation croissante des sols de l'Ouest de l'Allemagne, très urbanisée, au coeur de la "banane bleue", centre économique de l'Europe. "L'urbanisation, importante dans ces régions a joué un rôle. Le bilan aurait-il été aussi lourd il y a quarante ans ?", s'interroge ainsi Jean Jouzel. L'artificialisation des terres empêche l'eau de s'infiltrer dans les sols, qui ne jouent plus un rôle d'éponge, ce qui accroît les risques d'inondations.

CF avec Florian Cazères, AFP.
Photo : Christof Stache (AFP)