Belgique - Post urgence

Onze mois après les inondations, la situation demeure compliquée autour de Liège

8 Juin 2022

En juillet 2021, des crues exceptionnelles ont frappé la Belgique provoquant des inondations d’une ampleur inédite. Près de onze mois après cette catastrophe, la situation stagne et les sinistrés se sentent abandonnés. D’après Antoinette Verlinden, bénévole pour Partagence à Liège, les besoins ont évolué mais la mobilisation doit impérativement perdurer.


Les 14 et 15 juillet derniers, des pluies d’une intensité exceptionnelle ont déferlé sur l’Europe de l’ouest. Ces dernières ont provoqué de très fortes crues dans les cours d’eau de l’Est de la Belgique, principalement dans la région de Wallonie. D’après le bilan officiel, 39 personnes ont trouvé la mort, près de 100 000 autres ont été déclarées comme sinistrées, 45 000 bâtiments ont été détruits ou endommagés. Au total, 209 communes, sur les 262 que comprend la région, ont été reconnues en situation de « calamité ».

Près d’un an après cette catastrophe naturelle, la situation sur place reste encore très compliquée pour les sinistrés. « Je pense que la situation est tout aussi catastrophique qu’au mois de juillet 2021 mais plus pour les mêmes raisons. Il faut savoir qu’il y a encore énormément de foyers qui n'ont pas pu démarrer les travaux, soit parce qu’ils ne sont pas assurés, soit parce qu'il y a des contre-expertises qui n'évoluent pas, soit parce qu'il y a des problèmes avec les entrepreneurs... Et donc il y a peut-être 20 % des foyers qui ont été rénovés, parfois même trop vite », nous a confié Antoinette Verlinden, institutrice à Liège et bénévole dans plusieurs associations dont Partagence. Un bilan très faible même si depuis le premier jour plusieurs associations se sont organisées pour aider les sinistrés. Du côté de Partagence, un programme de post urgence a été très rapidement déployé dans plusieurs communes situées à proximité de Liège. « Il y a 440 familles inscrites au programme. À l'heure actuelle, on a pu aider à peu près 210 familles », nous indique notre bénévole. Cependant, d’un point de vue plus général, des milliers de foyers sont encore dans le besoin, que ce soit financièrement ou même psychologiquement.

Des besoins qui évoluent

Malgré cette grande mobilisation sur place, la phase de reconstruction stagne. Les fonds commencent à manquer. « Certaines grandes associations ont réussi à débloquer des fonds, mais ce sont des sommes dérisoires face aux problèmes que les familles rencontres. Avec Partagence, on a la chance de pouvoir collaborer avec Côté solidarité, une association liégeoise qui a été créée assez rapidement après les inondations. Il y a toute une structure qui s’installe. Ils continueront d’être présents tant qu’on leur donnera la possibilité d’être là », rapporte Antoinette avant de nous avouer que les besoins ont évolué, « maintenant on a besoin de matériel plus que de bénévoles pour déblayer ». Des collectes sont actuellement en cours dans la région de Wallonie et dans le comté de la Flandre. Il est également possible de faire des dons, peu importe où l’on se trouve sur le site de Partagence, ou bien même de parrainer une maison sinistrée à hauteur de 500 euros. Ces parrainages permettent aux associations d’acheter le matériel manquant, que ce soit de l’électroménager ou pour réaliser les gros travaux. À ce jour, 35 parrainages, effectués par des entreprises, des organisations et même des particuliers, ont été recensés pour 167 maisons.


Outre l’aspect financier, après bientôt 11 mois de calvaire une détresse psychologique se fait ressentir chez les sinistrés. Depuis le début de cette crise, certains bénévoles assurent un soutien psychologique aux sinistrés. « C’est aussi le psychologique qui lâche chez les sinistrés. Il y a eu au moins dix suicides qui ont été recensés depuis dix mois. Les gens craquent. Au départ tout le monde était sur le pied de guerre et maintenant ça retombe, les sinistrés se sentent abandonnés et seuls », témoigne l’institutrice. C’est pourquoi, elle nous confie que la mobilisation doit impérativement continuer d’autant plus que cette période de reconstruction est loin d’être finie. Heureusement, d’après les informations de notre bénévole certains dossiers commencent à se débloquer et les sommes, promises par le gouvernement, devraient bientôt être versées. Au bout de presqu'une année...

 

Cassandra Parpex (Partagence)

 

◉ Plus de 185 000 € d'équipements neufs distribués...
 
Au 8 juin 2022, le programme de post urgence en est à plus de neuf mois d'actions. Le collectif des 3 associations qui le développe se doit une totale transparence. Voici donc les chiffres qui font état des aides apportées aux foyers sinistrés et des soutiens reçus pour les mener.
 
Pour continuer, nous avons besoin de parrains de maisons sinistrées et de donateurs en "adhésions de soutien" (20 € minimum). Un reçu fiscal est délivré aux donateurs - entreprises et particuliers - tant en Belgique qu'en France.
 
● Depuis la France : FR76 1027 8060 4500 0209 8930 511 ou par carte bancaire (les dons en ligne sont sécurisés).